Le retour des chenilles processionnaires

21/07/2021
Le retour des chenilles processionnaires

Comme chaque printemps, la lutte contre le frelon asiatique et la chenille processionnaire bat son plein.

C’est au printemps que les reines frelons, fécondées avant l’hiver, sortent d’hibernation et cherchent à construire un premier nid pour donner naissance. Ce prédateur envahissant est redoutable pour les colonies d’abeilles. Très agressif lorsqu’il se sent en danger, le frelon asiatique s’avère aussi dangereux pour l’Homme. Ses piqûres projettent un venin urticant qui peut, dans les cas les plus graves, conduire à la mort. Le seul moyen de lutte efficace contre l’expansion des colonies est la destruction des nids.

Les reines cherchent à construire un premier nid (qui n’excède pas la taille d’une balle de tennis) dans un lieu protégé : abri de jardin, auvent, encadrement de fenêtre ou de porte, avancée de toit, grange… Une fois la colonie développée, un second nid plus grand est construit. Souvent dans les arbres, il est plus difficile à repérer et sa destruction est compliquée. Si vous repérez un nid sur le domaine public, contactez la mairie qui le fera détruire à sa charge par une entreprise spécialisée. En revanche, si le nid est présent sur le domaine privé, sa destruction sera à la charge du propriétaire et de l'occupant des lieux. Il est alors recommandé de faire appel à un professionnel spécialisé.

Le printemps marque aussi le déplacement des chenilles processionnaires vers le sol. Cet insecte, principalement logé dans les conifères comme les pins, les cèdres et les douglas, peut se révéler dangereux pour l’Homme et les animaux domestiques. Ce lépidoptère a une très grande quantité de "micropoils" urticants qu'il peut projeter en cas de menace. Le contact provoque de violentes réactions sur la peau, les yeux, sur les muqueuses ou le système respiratoire en cas d'inhalation. Des pièges sont posés à différents endroits de la ville, principalement au printemps, pour récolter les chenilles lors de leur procession vers le sol. En tant que particulier, il est aussi possible de lutter contre leur prolifération. Plusieurs méthodes préventives et curatives peuvent être envisageables, avec beaucoup de précautions : couper puis brûler les branches porteuses de nids, placer autour des troncs un écopiège, utiliser un traitement biopesticide, installer des pièges à phéromones dans les arbres, poser des nichoirs à mésanges...